L’injection d’une dose de rappel pour les personnes les plus fragiles et les personnes âgées de 65 ans et plus est désormais possible.

Quelles sont les personnes concernées ?

Le rappel vaccinal correspond à l’administration d’une injection de vaccin supplémentaire 6 mois minimum après vaccination complète pour les personnes éligibles, c’est-à-dire :

  • les résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Éhpad) et des unités de soins de longue durée (USLD) ;
  • les personnes de 65 ans et plus vivant à domicile (avec une priorité pour les personnes de plus de 80 ans) ;
  • les personnes à très haut risque de forme grave ;
  • les personnes présentant des comorbidités qui augmentent le risque de formes graves de Covid-19 ;
  • les personnes sévèrement immunodéprimées (qui ont déjà reçu trois doses et en recevront une quatrième indique la HAS) ;
  • les personnes ayant reçu le vaccin Janssen. Une dose de rappel avec un vaccin à ARNm (Pfizer ou Moderna) est recommandée à partir de 4 semaines après la 1re injection.

À la suite de l’avis de la Haute Autorité de Santé du 5 octobre 2021, sont aussi concernés :

  • les professionnels de santé, l’ensemble des salariés du secteur de la santé et du secteur médico-social, les aides à domicile intervenant auprès de personnes vulnérables, les professionnels du transport sanitaire et les pompiers, quel que soit leur âge ;
  • les proches (de plus de 18 ans) de personnes immunodéprimées.

Quels sont les vaccins ?

  • Les rappels vaccinaux sont effectués uniquement avec des vaccins à ARN messager, soit Pfizer-BioNTech ou Moderna.
  • Ces deux vaccins peuvent d’ailleurs être utilisés de manière indifférenciée et quel que soit le vaccin utilisé dans le cadre du premier schéma vaccinal.