Un froid glacial venu de Sibérie va sévir à partir de ce lundi, en France, et mettre les organismes à rude épreuve. Quelques conseils pour se préparer et prendre soin de celles et ceux qui nous entourent.

L’épisode de « froid prononcé » attendu en France à partir de ce lundi 26 février préoccupe les autorités. Les températures minimales de l’ordre de -6 °C à -10 °C sur une grande moitié est, entre lundi et mercredi, seront accentuées par un vent glacial.

Les températures ressenties pourraient « descendre vers les -12 à -18 °C sur un bon tiers nord-est » pendant ces trois journées qui devraient être les plus froides de l’hiver.

37 départements sont en alerte, avec des effectifs renforcés au 115 et la mise à disposition d’un plus grand nombre de places d’hébergement d’urgence pour les sans-abri.

« Les températures négatives peuvent être à l’origine de risques pour la santé : hypothermie, gelures, aggravation d’éventuels risques cardio-vasculaires… », énumère le ministère de la Santé. Voici quelques conseils pour affronter cette vague de froid :

Bien se couvrir
Si vous devez sortir, ne lésinez pas sur les couches de vêtements, en insistant sur les parties du corps exposées aux pertes de chaleur et aux gelures : tête, cou, mains et pieds. Couvrez-vous aussi le nez et la bouche, de manière à respirer moins d’air froid.

Ne pas surchauffer
À l’intérieur, pas la peine de pousser le chauffage à fond. 19 °C suffisent dans une pièce de vie. L’important est d’assurer une bonne ventilation, pour prévenir tout risque d’intoxication au monoxyde de carbone. Attention, donc, à ne pas obstruer les bouches d’aération de votre logement.

Éviter les efforts physiques
Face au grand froid, notre organisme doit puiser dans ses réserves. Le rythme cardiaque s’accélère et d’éventuels problèmes cardio-vasculaires peuvent s’aggraver. Même en bonne santé, limitez les efforts physiques.

Privilégier les transports en commun
La vague de froid de cette fin février s’accompagne de pics de pollution aux particules fines dans plusieurs régions françaises.

Les autorités invitent les automobilistes à se reporter sur les transports en commun ou à faire du covoiturage, afin de contribuer à la réduction des émissions polluantes.

Surveiller sa consommation d’alcool
Le ministère de la Santé rappelle que « contrairement aux idées reçues, la consommation d’alcool ne réchauffe pas. Au contraire, cela peut s’avérer dangereux car l’engourdissement fait disparaître les signaux d’alerte du froid qui incitent à se protéger ».

Penser aux plus fragiles
Les sans-abri sont les plus fragiles lors des épisodes de grand froid. Un appel au 115 peut sauver des vies.

Il convient aussi de prendre soin des nourrissons, qui n’ont pas la même capacité que les enfants et les adultes pour réguler leur température corporelle. Évitez de les faire sortir.

« Les personnes âgées doivent, autant que possible, s’abstenir de sortir pour préserver leur santé et également pour éviter tout risque de chute », indique le ministère de la Santé.