500 choristes réunis à la ferme!
Annabelle Froment a réussi le tour de force de créer en moins d’une heure une chorale tout à fait compétitive avec 500 spectateurs. C’était jeudi 1er aout au soir, dans le cadre d’un épisode de la Sarre à contes.

Le jeudi 1er août, le 11ème festival de la Sarre à contes (organisé sous la tutelle su conseil général de la Moselle) a posé son sac à malices à Woustviller.
Du 19 juillet au 10 août, des troupes d’art vivant (théatre, musique, cirque, danse, art forain) se sont produits à différentes dates sur des scènes improvisées, bien souvent en des lieux insolites. Pour la sixième fois, Woustviller a accueilli l’animation mosellane qui déambule de tradition le long du sillon de la rivière sarre.

Une chef de choeur déjantée
Le spectacle s’est déroulé une nouvelle fois dans la cour de la ferme du Chambourg, un cadre mural rustique, à l’écart du temps et des trépidations dans lequel on se sent bien. De plus, la chaude journée ensoleillée assurait des conditions optimales pour un spectacle en plein air de 60 minutes, servi sur un plateau à 21h.
Tout comme l’an dernier, plus de 500 personnes (de 500 à 700 selon la production) venues du proche secteur et de plus loin encore, ont envahi les gradins et occupé tous les bancs mis à disposition par la caravane technique. L’affiche annonçait le passage de la compagnie Label Z, autrement dit Babeth Joinet, dans le rôle d’Annabelle Froment… une chef de choeur passablement excentrique, déjantée… mais animée d’une agitation complètement contrôlée pour le bonheur de tous.

Le rire avant tout
A la nuit presque tombée, la voilà qui sort de nulle part, avec sa large et flottante robe fleurie multicolore, sa veste bleu ciel cinistrée, sa coiffure gonflée du style électrisé, ou encore à la Shella. L’artiste à la voix perçante, pour ne pas dire un peu criarde genre soprano, se mêle d’instinct au spectateurs du premier rang, accumule de sympathiques petites gaffes qui font déjà rire et mettent tout le monde à l’aise. Le contact rapidement établi, la voilà sur scène pour annoncer son objectif : faire de ce parterre de spectateurs en moins d’une heure une chorale où tout le monde chantera à l’unisson, la main dans la main… “et plus si affinités”.

Attrape la main… de ton voisin
En deux temps, trois mouvements, Annabelle découpe l’auditoire en deux “fromages”, l’un répondant à la vocalise à l’autre sur un méga tube dégobé sur youtube. Dans ce cour de chant, l’auditoire met vraiment toute son ardeur et s’exécute en choeur. Le résultat est même très bon … on soupçonne parmi les élèves de nombreux membres de véritables chorales.
Un deuxième titre encore plus audacieux fait bouger et obtient l’adhésion de tout le public : c’est “attrape la main ” Il s’agit de celle du voisin, et puis… “sert la très fort contre ton corps, regarde le dans les yeux”. C’est un moment très emballant et exaltant ! Annabelle a réussi son pari, un rappel est même sollicité. Pour mieux faire encore, l’artiste fait monter sur scène une centaine de volontaires, fraction de cette inédite chorale “public” afin de restituer dans un sans-faute l’apprentissage de la soirée.

Source RL du 03 août 2013